Samedi 10 et dimanche 11 juin à 14h, à La parole errante, Montreuil

 

À l’occasion de la publication de la traduction française de La Horde d’or, les traducteurs proposent de cheminer collectivement parmi quelques textes de ce montage d’histoires et d’analyses politiques, de documents, de chansons, d’articles de revues, de témoignages à la première personne et de manifestes*. Miroir des mouvements des années 60 et 70, ce livre retrace le foisonnement théorique, culturel et langagier, la grande inventivité sociale qui ont alors caractérisé les luttes et le besoin de communisme en Italie.

 

Samedi 10 juin : Une archive des mouvements ; communication, espaces sociaux auto-organisés

 

Cette première session est co-organisée avec la librairie Calusca.

 

Installée dans le centre social Cox 18 à Milan, fondée par Primo Moroni, La Calusca City Light a constitué un point d’ancrage de la composition et de la rédaction de La Horde d’or en 1987. Une des singularités de la contre-histoire proposée par ce livre est de s’appuyer sur les documents (tracts, chansons, revues, livres) produits par les mouvements pour proposer un point de vue interne à l’histoire des luttes. Cette approche est directement liée à l’histoire de la Calusca et à la fonction que celle-ci a rempli dans le mouvement, ainsi qu’à la personnalité de Primo Moroni. Depuis les exemples de la Calusca et de la ville de Milan, nous aborderons les outils de communication et de diffusion dont s’est doté le mouvement italien, et les espaces sociaux auto-organisés.

 

14h : Présentation du livre par le collectif de traduction

14h30 : Projection d’extraits d’entretiens vidéos avec Primo Moroni

15h : Au commencement il y avait les villes - Primo Moroni et Milan, avec des membres de la librairie Calusca

17h30 : Pause

18h-19h : Lecture collective d’extraits de La Horde d’or

19h30 : Apéro, repas italien à prix libre. Ce sera l’occasion pour qui le souhaite de poursuivre les échanges. L’argent recueilli est destiné à financer les déplacements des intervenants et à contribuer matériellement à l’activité du collectif La parole errante demain.

 

Dimanche 11 juin : Histoire orale, chant, enquête ouvrière

 

La Horde d’or retrace la montée en puissance d’un antagonisme qui, à partir des luttes ouvrières d’usine des années 60, s’est diffusé dans l’ensemble de la société.

 

L’image de la « vague existentielle et politique » décrit cette poussée de comportements et de besoins nouveaux, de subjectivités et d’imaginaires dissidents qui se sont affrontés à l’organisation capitaliste de la vie. Les expériences et la pratique de « l’histoire orale » et de « l’enquête ouvrière » ont accompagné et thématisé l’affirmation d’une extranéité ouvrière et prolétaire, l’autonomie des comportements et le refus du travail. Nous reviendrons également sur les enjeux directement politiques de ce que le mouvement italien a appelé la « culture de base », selon une entente très éloignée de ce que l’usage nous habitué à penser sous le mot de culture.

 

14h : Lecture collective d’extraits de La Horde d’or

15h : Parole ouvrière et histoire orale, la figure de Danilo Montaldi. Avec des membres de la libraire Calusca de Milan.

16h : La notion d’enquête ouvrière, avec Gigi Roggero.

17h30 : Pause

18h : Chant social et populaire, l’expérience du Nuovo Canzoniere Italiano (avec présentation et écoute de chansons)

 

* D’autres rencontres autour de La Horde d’or devraient avoir lieu dans les mois qui viennent.

 

Sur La Horde d'or : Autonomie en Italie : La horde d’or, entretien avec Nanni Balestrini et Sergio Bianchi - Journal de traduction

Sur la Calusca : Journal de traduction de La Horde d’or, N°2